jeudi 29 novembre 2018

La puissance du féminin de Camille Sfez

Résumé: 

Vous faites partie de celles qui aspirent à plus de sens, à plus d'authenticité ou à une vie plus naturelle ? Vous vous interrogez sur votre contribution au monde ? Ces envies cachent souvent un besoin de renouer avec votre puissance féminine profonde.



Mon avis:
Dans mon article sur Âme de sorcière je t'écrivais que cette lecture allait en amener d'autres. C'est après le live des moldus de lecture sur la sorcellerie que j'ai décidé de lire celui-ci. Moody et Margaud en parlaient de manière tellement positive que j'ai eu envie d'essayer. 

Cette lecture est arrivée, je pense, encore trop tôt dans ma vie. Elle était très intéressante et me présentait des actions à mener qui me parlaient plus que dans le livre d'Odile Chabrillac mais à l'heure actuelle je ne me suis pas encore débarrassée de ma gêne face au regard des autres. 
Exemple: Elle présente l'idée de prendre un bâton qui nous plait et de le décorer pendant ses lunes pour rendre ce moment plus positif, y mettre des décorations apporterait un aspect sacré à ce moment que l'on vit en règle générale pas très bien. Mais je me vois mal le faire chez mes beaux parents où ce n'est pas vraiment chez moi. 

Il y a des choses que j'ai noté cependant (comme observer un peu plus comment je me sens dans mon cycle) mais je pense que c'est un livre que j'aurais envie de redécouvrir plus tard à un moment de ma féminité où j'aurais cesser de me préoccuper des autres. 



Jules de Didier Van Cauwelaert

Résumé:
« A trente ans, Alice recouvre la vue. Pour Jules, son chien guide, c’est une catastrophe. Il perd son rôle, son but sur terre. En plus, on les sépare. Alors, il se raccroche à moi. En moins de vingt-quatre heures, ce labrador en déroute me fait perdre mon emploi, mon logement, tous mes repères. Il ne me reste plus qu’une obsession – la sienne : retrouver la jeune femme qui nous a brisé le cœur. »

Mon avis:
Le 15 novembre Margaud Liseuse sortait la vidéo que j'attendais le plus: celle du Coldwinter! 

Je t'en avais déjà parlé (ici et ici) mais cette 3ème année, encore, je compte bien participer au Coldwinter. Et la vidéo m'a directement donné envie de me plonger dans des lectures de romances un peu niaises mais tellement feel good pour cocooner tranquillement. 

C'est encore le challenge lié à Harry Potter qui m'a fait me diriger vers ce livre. Il me fallait lire un livre avec un personnage aveugle et en fouinant sur Babelio j'ai vu que ce livre traitait du sujet. 
Du coup : une romance qui me permet de valider un item dur. Eh bien je dis banco! 

Je dois avouer c'était une chouette petite romance: les personnages sont attachants, l'entremetteur canin très drôle... C'était une bonne lecture! Pas transcendante mais sympathique! Pile ce dont j'avais envie à ce moment là. 

Est-ce que je lirais le retour de Jules? Probablement pas, j'ai pas spécialement envie de savoir la suite l'histoire pour moi se suffisait en elle-même. Mais si tu cherches une romance à lire, bien traitée, pas trop niaise non plus celle là devrait te correspondre.


Les sorcières de Salem d'Arthur Miller

Résumé:
En 1692, Abigaïl entretient une liaison avec son patron, mais elle est renvoyée quand sa femme l'apprend. Avec ses amies Betty et Tituba, elle s'adonne à un rituel de sorcellerie. Les rumeurs commencent à circuler, des accusations sont lancées. Un procès s'engage, des femmes vont être dénoncées comme sorcières, envoyées en prison puis à la potence.



Mon avis:
Lors de ma dernière chronique (sur Moi,boy) je te disais qu'il fallait bien chroniquer des livres dont on a pas grand chose à dire tellement ils ne nous ont pas marqués. Pour cette présente chronique je vais te parler d'un livre que je n'ai pas aimé. 

Après Âme de sorcière, l'idée de me renseigner sur ce qu'il s'est passé à Salem me trottait légèrement en tête. C'est encore pour la semaine doublée pour mon challenge que l'idée de lire ce livre s'est faite plus présente puisque je devais lire un livre traitant de sorcellerie. 

Le livre décrit tout le procès qu'il y a eu à Salem et la paranoïa religieuse que certaines jeunes filles ont réussis à créer. Je pense que c'est ça qui m'a déranger, n'étant pas croyante de base voir les gens incarnant l'autorité opérer des revirements de situations et de points de vue sur les différents membres de la communauté m'a dégoûtée pour ainsi dire. En particulier lorsque tu apprend qu'ils vont pendre une femme qui, justement, était connue pour être la plus fervente catholique de la communauté.

Du coup, c'est pas que le livre est mal écrit, non il l'est très bien même! puisque faire réfléchir sur cette folie autour de la religion était le but. C'est mon opinion sur la chose qui ne m'a pas fait passé un bon moment. Comme si tu assistait à une conversation où les gens débitent ce qui te semblent être des conneries sans y prendre parti. 

Du coup, je vous conseille quand même ce livre si vous voulez savoir ce qu'il s'est passé à Salem. Mais ne vous attendez pas à vous attacher aux personnages car clairement il y en a aucun qu'on a envie de sauver dans tout ce bourg. 

Moi, boy de Roald Dahl

Résumé: 
Que se passe-t-il quand on attrape une ratite ? Et quand on simule une crise d'appendicite ? Avez-vous jamais fumé du tabac de chèvre ? Vous a-t-on déjà affublé d'un costume de pompes funèbres pour vous rendre à l'école ? Neuf, dix, onze ans... les années passent : voici venu le temps de se demander ce que l'on fera après le collège ! Lorsque Roald Dahl, l'un des plus grands auteurs contemporains se souvient de ses années d'enfance, on découvre avec bonheur un jeune garçon qui ressemble étonnamment aux héros de ses livres.

Mon avis:
Lu pendant une semaine doublée pour le challenge Harry Potter, je dois t'avouer que j'aurais probablement pas lu ce livre s'il ne rentrait pas dans un des items. Pas que je n'aime pas les livres de Roald Dahl: (j'ai lu Charlie et la chocolaterie de moi même à peu près un an après que le film de Tim Burton soit sorti). Mais je ne suis pas hyper fan des autobiographies. 

Heureusement celle-ci est traité comme un de ces nombreux romans, avec des moments fantasques et drôles et il a su ajouter le caractère innocent et candide de l'enfance. 

Je n'ai pas détesté cette lecture mais je ne l'ai pas apprécié non plus. Pour moi c'est un livre neutre, et je suis sûre que dans quelques années je ne m'en souviendrais pas. Mais chroniquer un livre c'est aussi pour ça: se rappeler de la lecture et partager une lecture qui ne nous a pas marqué. 

Et toi as tu lu des livres de Roald Dahl? Aimes tu?

lundi 19 novembre 2018

Damnés de Chuck Palahniuk

Résumé:
Sa mort et son arrivée aux enfers, Madison, treize ans, les prend sereinement. Le seul souci pour elle, c'est de ne pas savoir exactement ce qui lui est arrivé. Pour cette fille moche mais intelligente d'une star de cinéma et d'un producteur milliardaire, constamment délaissée, la mort vient illuminer un Noël qui s'annonçait ennuyeux. 



Mon avis:
Lorsque je cherchais un livre avec un anti-héros pour un challenge, mon inestimable collègue m'a d'abord proposé Fight Club puis m'a dit que Damnés marcherait aussi et me l'a rapidement résumé. Je te l'avoue l'idée de suivre une fille de 13 ans en enfer m'a tout de suite amusé. 

Et bon dieu que j'ai aimé cet enfer! La plume de Chuck Palahniuk est au mieux déjantée au pire extrêmement bizarre. Sa définition de l'enfer est crade, horriblement absurde et remplie de choses étranges. On voit qu'il s'est amusé avec ce livre. Madison est décapante, elle est pleine de cynisme et bien avancée pour son âge. C'est surement expliqué par la vie qu'elle a eu (avant sa mort donc). Élevée par ses parents richissimes, anciens hippies qui l'ont plus encouragés à tester toute sorte de drogues qu'à la protéger, elle et son enfance.

Le livre m'a beaucoup plu, j'ai adoré le côté déjanté de l'écriture. L'humour de l'auteur m'a véritablement transporté. Je lui met un coup de cœur à celui-ci mais c'est presque mis sur un coup de tête. C'est parce que la découverte était tellement géniale et que je n'ai tellement pas l'habitude de lire ce genre de livre que oui je veux que vous le lisiez ne serait ce que pour savoir si ce genre d'écriture vous plaît ou non? 

Je ne sais pas si je lirais les autres de l'auteur, je dois avouer que pour l'instant celui-ci me suffit amplement. 

dimanche 18 novembre 2018

Une longue impatience de Gaelle Josse


Résumé:


Ce soir-là, Louis, seize ans, n’est pas rentré à la maison. Anne, sa mère, dans ce village de Bretagne, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, voit sa vie dévorée par l’attente, par l’absence qui questionne la vie du couple et redessine celle de toute la famille.

Chaque jour, aux bords de la folie, aux limites de la douleur, Anne attend le bateau qui lui ramènera son fils. Pour survivre, elle lui écrit la fête insensée qu’elle offrira pour son retour. Telle une tragédie implacable, l’histoire se resserre sur un amour maternel infini.


Mon avis:
Lorsque j'ai choisi ce livre je m'attendais vraiment pas à cette mini-claque que j'ai pris en passant. Pour moi c'était juste un livre à lire pour essayer de mettre un coup de cœur sur une table littérature au boulot. Mais j'en attendait pas grand chose, juste je voulais pouvoir faire découvrir un livre d'une maison d'édition peu connue aux clients qui passent là où je bosse.

Louis, le garçon du premier mariage d'Anne est parti. Et Anne ne s'en remet pas. Elle revient sur le passé, sur ce qui l'a amené à avoir Louis, ce qu'il représente pour elle, la relation qu'elle a avec son nouveau mari qui n'est pas le père de Louis... 

Elle est touchante par son réalisme. Elle n'est pas parfaite, loin de là, mais ses actions sont explicables et en font un personnage qui touche le lecteur.

J'ai aimé cette lecture, et je me souviendrais longtemps de cette femme qui a attendu son fils au delà de la raison.

Etude en rouge de Sir Arthur Conan Doyle

Résumé: 
Au n° 3 de Lauriston Gardens près de Londres, dans une maison vide, un homme est trouvé mort.
Assassiné ? Aucune blessure apparente ne permet de le dire, en dépit des taches de sang qui maculent la pièce. Sur le mur, griffonnée à la hâte, une inscription : " Rache ! ". Vengeance ! Vingt ans plus tôt, en 1860, dans les gorges de la Nevada, Jean Ferrier est exécuté par des mormons sanguinaires chargés de faire respecter la loi du prophète. Sa fille, Lucie, est séquestrée dans le harem du fils de l'Ancien.
Quel lien entre ces deux événements aussi insolites que tragiques ? Un fil ténu, un fil rouge que seul Sherlock Holmes est capable de dérouler. Une intrigue toute en subtilités où, pour la première fois, Watson découvre le maître...


Mon avis:
Cela fait longtemps que je voulais (re) lire du Conan Doyle. Il m'a été donné d'en lire lorsque j'étais en 5ème soit il y a plus de 12 ans. Autant te dire que je ne me souvenais de rien concernant ma lecture. Je crois que je ne saurais même pas te dire qu'elle enquête de Sherlock Holmes c'était. 
Lorsque pendant un de mes challenge il fallait que je trouve des livres pour rentrer dans des items spécifiques, ce livre a été une sorte d'heureuse coïncidence que je n'ai pas voulu laissée passer. 
Parmi cette liste de livre je devais chercher un livre avec du sang sur la couverture. J'étais avec mon collègue qui m'aidait à trouver des livres correspondants à la liste tout en mettant en rayon les nouveaux arrivages. Je savais que quelques jours plus tôt j'avais rangé des livres de Conan Doyle mais là impossible de les retrouver en rayon. Je vais donc voir mon collègue et lui demande s'il les a déplacer, en me disant non il me dit "bah tiens un livre avec du sang sur la couverture tu peut prendre celui là"..."Ah bah oui!"

Du coup, j'ai fais d'une pierre deux coups en relisant enfin la plume de l'auteur et en validant un item pour un challenge. 

Allez savoir pourquoi mais je préfère Sherlock Holmes à Hercule Poirot. Surement parce que quand je voyais les personnages je voyais les acteurs de la série Sherlock, et que du coup je pouvais comparer la matière première avec ce qui avait été fait dans la série. Et surement parce que c'était la première enquête et que j'ai découvert le personnage en même temps que Watson.

J'ai beaucoup aimé Sherlock et Watson. Tout deux ont un caractère fort et s'apprivoisent dans cette enquête. Ce que j'ai bien aimé c'est que Sherlock, parce que ça fait partie de son personnage d'être un peu vantard, explique bien à la fin comment il s'y est pris pour trouver. Je pense que je me referais aussi de temps en temps une enquête de Sherlock Holmes. Comme un petit plaisir qu'on se fait de temps en temps. 

Et toi as tu lu des enquêtes de Sherlock Holmes?

jeudi 8 novembre 2018

Le sillon de Valérie Manteau

Résumé: 
Une jeune femme rejoint son amant à Istanbul. Alors que la ville se défait au rythme de ses contradictions et de la violence d’État, d’aucuns luttent encore pour leur liberté. Elle-même découvre, au fil de ses errances, l’histoire de Hrant Dink, journaliste arménien de Turquie assassiné pour avoir défendu un idéal de paix.



Mon avis: 
En librairie, plusieurs événements jalonnent l'année, entraînant plus ou moins de ventes et d'émulation autour du livre. Les remises des grands prix littéraires en font partie. Après le Goncourt le Renaudot est l'un des plus cité. Alors lorsque l'annonce des prix s'est faite le 7 novembre vite il fallait mettre à jour la table littérature fraîchement refaite par mes soins. Et même sans la demande de mon responsable il me fallait lire au moins l'un des prix. 

Mon choix s'est porté sur le Renaudot pour plusieurs raisons, déjà depuis le début de ma petite carrière de libraire j'en avait jamais lu. J'ai lu les Goncourt des deux années passées, le Fémina de l'année 2016 mais le Renaudot jamais, de plus j'étais agréablement surprise qu'ils aient décidés de récompenser un livre édité chez le Tripode. Maison d'édition qui me faisait de l’œil depuis un petit moment. Tout cela m'a décidé à le choisir au dépit du Goncourt (que je lirais surement mais plus tard). 

Le Sillon a été une très bonne lecture pour moi. On se retrouve plongés au cœur d'Istanbul par les yeux de la narratrice dont on ne sait le nom (qui pourrait être tout a fait l'auteur). Française venue rejoindre son amant il y a quelques années on voit la ville à travers son prisme. On y voit la vie stambouloise, perturbée par les différents événements de ces dernières années. La politique qui perturbe la vie des habitants, leur point de vue entre ethnies, entre religion et leur étrange rapport avec l'Europe. A travers l'enquête de la narratrice pour l'écriture de son livre sur Hrant Drink on découvre les multiples facettes d'une population qui se décourage, qui recherche un semblant de paix. On y apprend tellement de choses sur beaucoup de points c'est très intéressant et malheureusement je n'ai pas pu tout comprendre car clairement je ne me renseigne pas assez sur cette partie du monde pour comprendre tout. Mais à aucun moment cela ne me dérange, j'ai appris et cette lecture en entraînera surement d'autres: notamment des livres d'Asli Erdogan que j'ai très envie de découvrir après ce livre.

Pour moi c'est (encore) presque un coup de cœur. Je ne sais pas ce qui me retient de le mettre, peut être que je le mettrai mais ce livre m'a beaucoup fait penser à Benedict de Cécile Ladjali peut être justement parce qu'il m'y a fait penser sans pour autant l'égaler qui me retient dans un  potentiel coup de cœur. Mais c'est un très bon livre que je vous recommande chaudement.


Le Crime d'Halloween d'Agatha Christie

Résumé: 

Le 31 octobre, les sorcières s’envolent sur leur manche à balai : c’est Halloween, la fête du potiron.
«Savez-vous que j’ai eu l’occasion d’assister à un vrai meurtre?» se vante Joyce, une fillette à la langue bien pendue, lors d’une soirée enfantine chez Mrs Drake… Elle en mourra.




Mon avis: 
Je cherchais un livre à lire pour Halloween et en rangeant les livres d'Agatha Christie à mon ancien boulot je suis tombée sur celui-ci. En partant je l'ai donc acheté. Entre l'instant de l'achat et le moment où j'ai commencé ma lecture je lisais beaucoup d'avis de personnes participant au Pumkin Autumn challenge qui se disaient déçues du livre. Étrangement pour une fois je n'en ai pas tenu rigueur, je n'attendais strictement rien du livre donc je partais avec une sorte d'avantage sur la lecture. 

Le crime d'Halloween ne m'a pas déçu mais pas non plus transcendé. Je pense qu'il peut effectivement beaucoup décevoir si on s'attend à une ambiance horrifique comme peut le suggérer le titre et le résumé. Pour moi j'y ai retrouvé l'ambiance particulière des livres de l'autrice, que j'avais découvert avec Le crime de l'Orient Express. L'intrigue est moins spectaculaire cependant que dans ce dernier. L'ambiance aussi change sensiblement, là où l'aspect neige, froid et huis clos ressortait plus dans le crime de l'orient express ici le mystère de la forêt et de la campagne laissent une ambiance plus posée à l'oeuvre.

Je garde quand même en tête que les dénouement sont toujours un peu tirés par les cheveux dans ses oeuvres. Ici bien que j'avais trouvé l'auteur du crime les motivations n'étaient pas assez présentes pour que je puisse les trouver. Cela reste un peu frustrant à lire. 

Si vous chercher cependant un livre pour vous mettre dans l'ambiance d'Halloween je ne vous le conseille pas. Pour moi il faut plus le lire en tant que "policier gentillet" que comme livre horrifique. 

jeudi 1 novembre 2018

Âme de Sorcière d'Odile Chabrillac

Résumé: 
Symbole subversif de la révolte féministe, la figure de la sorcière est aujourd'hui de retour, prête à questionner nos choix, notre rapport au monde, à la nature, au corps, à la rationalité, à la sexualité... Et ce qu'elle a à nous apprendre peut réellement changer nos vies. Loin du folklore et des clichés, les sorcières sont porteuses d'un savoir riche et multiple, qui dérange et bouscule l'ordre établi. Pourquoi les a-t-on massacrées au XVe siècle, pourquoi a-t-on cherché à les oublier ? Car elles ont osé, en leur temps, défier l'église, l'autorité (masculine en particulier) et l'idée même de propriété ; elles savaient dire " oui " lorsqu'elles avaient envie et " non " quand elles le pensaient.


Mon avis: 
Je ne suis pas fan des essais, j'ai beaucoup de mal avec mais j'en lit de temps en temps pour me forcer afin de lire de tout. 

Cet essai je l'ai choisi parce qu'il parlait de deux thématiques qui m’intéressent beaucoup: La sorcellerie et le féminisme. On en entendait beaucoup parlé à ce moment là sur le groupe du Pumkin Autumn Challenge et c'est d'ailleurs la vidéo de Guimause qui m'a donné envie de le lire.

Dans l'ensemble même s'il y avait des choses très intéressantes je ne garderais pas un très bon souvenir de cette lecture. Disons qu'il était "ok mais sans plus". Le début m'a plus pourtant, elle parlait des sorcières dans l'Histoire et reliait avec le féminisme. La deuxième partie était assez intéressante aussi puisqu'elle parlait de toutes les thématiques qu'on reliait aux sorcières et proposait une réflexion dessus.

Mais toute la dernière partie m'a profondément ennuyée. Cela parlait de rituels et autres choses à faire nous au quotidien et je vous avoue que ça ne m'a ,tout simplement, pas parlé. Je m’intéresse à la Wicca mais je ne cherche pas à lancer des sorts où à faire des rituels ésotériques. J'y cherchait plus une aide à s'accepter plus en tant que femme et à accepter les pouvoirs que l'on a en tant que telle. Quand je dis "pouvoirs" c'est presque au sens littéral du mot, je le comprend au sens de "ce qu'on peut faire" en tant que femme (et non pas lancer des boules de feu ou faire des potions magiques). 

 Alors ici je parle bien de mon point de vue et je ne rejette en aucun cas les personnes qui croient en l'ésotérisme, qui croient en la Wicca ou juste en la magie. Pour moi chacun est libre de croire en ce qu'il veut et personnellement j'aime à penser que la magie c'est juste une projection de notre volonté au quotidien, une sorte de résultat de nombreux efforts qui n'a que très peu de rapport avec des pouvoirs psychiques. Mais je suis ouverte à ce sujet, ce pourquoi j'ai lu ce livre. Je voulais en savoir plus là dessus. 

Quoiqu'il en soit pour moi ce livre est plutôt un appel pour d'autres. Peut être lirais-je celui de Mona Chollet ou un autre sur la puissance du féminin.  Et celui-ci j'en garderais quelques réflexions qui me serviront peut être dans le futur.

Love Simon de Becky Albertalli

Résumé: 
Moi, c'est Simon. Simon Spier. Je vis dans une petite ville en banlieue d'Atlanta. J'ai deux sœurs, un chien, et les trois meilleurs amis du monde. Je suis fan d’Harry Potter, j’ai une passion profonde pour les Oréo, je fais du théâtre. Et je suis raide dingue de Blue.

Blue est un garçon que j’ai rencontré sur le Tumblr du lycée. Je le croise peut-être tous les jours, mais je ne sais pas qui c’est. On se dit tout, sauf notre nom. À part Blue, personne ne sait que je suis gay.


Mon avis:
Véritable phénomène cet été, le film Love Simon a (re)propulsé le livre dans le top des ventes jeunesses. Je le voyais partout, sur les blog, instagram etc... Je suis malheureusement du genre à fuir les livres qui sont trop mis en avant. Mais quand j'ai su que j'allais être affecté en jeunesse je me devais de me tenir à jour sur les publications et Love Simon était tellement incontournable qu'il me fallait le lire. 

Et j'ai bien fait, déjà juste avec le résumé j'étais agréablement surprise. Un livre traitant d'homosexualité autant plébiscité autant dire que ça fait énormément plaisir à voir. Je dirais même que c'est rassurant. 

Je l'ai lu d'une traite ce livre, j'ai passé un très agréable moment. Le personnage de Simon m'a plu, on voit qu'il essaye de faire de son mieux mais parce qu'il est jeune parfois il fait les mauvais choix. 
Je l'ai trouvé très intéressant et la thématique de l'annonce de sa sexualité très bien gérée. On y voit de tout, des gens qui réagissent mal, d'autres qui le protègent c'est très réaliste. 

Pour moi Love Simon est presque un coup de cœur. Je me suis bien plongée dans l'histoire mais il me manque un je ne sais quoi pour qu'il le soit. Si je devais lui donner une note ce serait un 4,25/5. Il manquait quasiment rien. Je pense qu'avoir trouvé très vite qui était Blue m'a enlevé l'effet de surprise qu'aurait été la révélation de son identité. Et c'est peut être ça qui m'empêche de le mettre en coup de cœur. 

Et toi l'as tu lu? et si oui qu'en as tu pensé? 

mercredi 24 octobre 2018

La déesse des marguerites et des boutons d'or de Martin Millar

Résumé: 

Aristophane est inconsolable : ses rivaux dramaturges monopolisent toute l’attention d’Athènes, un aspirant poète en mal de reconnaissance lui colle aux basques, ses acteurs sont incapables de retenir la moindre réplique et son propre mécène semble avoir été piqué par la mouche de l’avarice.

Comment La Paix, sa dernière comédie, pourrait-elle convaincre les Athéniens de s’opposer à la guerre contre Sparte dans de telles conditions ?


Mon avis: 
C'est le premier livre que j'ai acheté dans la librairie où j'ai eu une mauvaise expérience.  La couverture ainsi que le résumé m'avaient plus donc j'ai décidé de l'emprunter puis de l'acheter. 

La lecture de ce livre est très fluide, on passe de personnages en personnages pour comprendre leur point de vue et avancer dans l'intrigue. La trame est assez classique mais bien traitée ce qui en fait un bon livre. 

Ce qui m'a plu c'est la recherche que Martin Millar a fait en amont pour faire plein de références que ce soit à la mythologie ou au monde antique. J'avais vraiment l'impression d'être transportée à Athènes dans cet univers où les humains et les divinités cohabitent. 

Les personnages sont bien traités ils ont tous un côté attachant qui donne envie de continuer à suivre leurs aventures. 

Evidemment il y a des petits bémols, par exemple j'ai beaucoup trop deviné ce qu'il va se passer dans la pièce d'Aristophane à la fin.  Et dans d'autres situations par exemple lorsque Bremusa et Idomédée se rencontraient et combattaient: je trouvais l'astuce pour les faire arrêter de se battre trop facile du coup on en perd l'enjeu du combat. 

Mais j'ai passé un bon temps avec Aristophane, Luxos, Brémusa, Métris, Athéna, Socrate et les autres. Si la mythologie t'intéresse et que tu veux une lecture sans prise de tête je te conseille ce livre. 


Une mauvaise expérience

Hello! 


Dans mes articles j'essaye toujours de distiller à défaut de bonne humeur au moins quelque chose de positif. Là ici pour cet article ce ne sera clairement pas le cas parce que je vais te parler de ce que j'ai vécu ces derniers mois. Je suis désolée si mon article est brouillon mais il y a tellement de choses à dire et en même temps que ça va être dur de bien organiser ça. 

Alors avant que tu commences la lecture pure et dure de ce qui m'est arrivé je voulais te faire méditer sur une phrase que j'ai vue sur l'instagram d'une ancienne camarade de classe (je te fais un gros bisous si tu passe par là) cette phrase c'est "il n'y a pas de hiérarchie dans la douleur". Ces derniers mois je les ai pas très bien vécus, et bien sûr je sais que pour certains ça n'est rien qu'il y a "pire" mais ce sont mes sentiments, mes émotions, je les ai vécues et je ne vois pas qui pourrait les juger. Bien nous pouvons commencer. 

Avant:
Il faut remonter à plusieurs mois maintenant, à peu près en juin j'imagine. Pendant 2 ans, j'ai travaillé dans une librairie en banlieue parisienne. J'y avais ma place mon travail était assez bien reconnu. J'avais des responsabilités assez diverses et m'entendais très bien avec la plupart de mes collègues (si ce n'est la totalité). On peut dire que je m'épanouissais assez bien dans mon travail, j'avais juste une petite frustration de ne pas faire plus d’événement autour du livre mais globalement tout allait bien. 
En parallèle on arrivait donc à la fin de mon apprentissage au sein du CFA et qui dit fin dit diplôme, et qui dit diplôme dit examens. J'avais donc des examens assez divers à passer et comme tu le sais je ne suis pas du tout nerveuse comme personne (c'est faux!)
Pour finir, tu le sais mais j'étais en relation à distance avec mon homme et on avait prévu qu'à la fin de mes études j'irai vivre avec lui (ce qui veut dire trouver un boulot, un logement etc...). 

Et donc je me suis retrouvée à organiser mon déménagement pendant mes examens parce qu'en mai j'avais effectivement trouvé un boulot là-bas et qu'il me fallait du coup enchaîner le tout. Donc à peine mes examens finis j'ai du dire au revoir à mes amis, finir mon contrat dans la librairie en banlieue parisienne et déménager a plus de 1000 kilomètres de distance du lieu où j'ai toujours habité. Tu imagines bien qu'avec tout ça j'étais déjà un peu fatiguée! Heureusement, j'ai juste déménagé dans ma belle famille et non pas dans un appartement je te laisse imaginer le carnage que ça aurait été.



Le début des hostilités
Début juillet j'entame mon nouveau contrat au sein d'une nouvelle librairie indépendante qui faisait deux fois la taille de ma précédente librairie. Et j'arrive en plein dans la période touristique! Donc je commence mon contrat sur les rotules et je dois fournir une énergie digne des Noëls dans ma précédente librairie. Il faut ajouter que j'ai commencé ce nouveau contrat en enchaînant 12 jours de boulot d'affilé. (t'inquiète je t'expliquerai) 

Je ne savais pas dans quoi j'avais mis les pieds... cet article ce n'est pas juste pour te dire que j'ai été fatiguée mais aussi pour te parler du calvaire qu'a été ce boulot. Il fallait cependant que je te montre la situation de base pour que tu prenne bien en compte que je ne suis pas arrivé dans le meilleur des états d'esprits là bas. Ce sera difficile de te dire tout les trucs qui me sont tombés dessus parce que je vais en oublier sûrement. Mais je tacherai de te faire comprendre l'essentiel.

Commençons par le positif, la librairie est très bien implanté, l'offre qu'elle propose à défaut d'être pointue est variée, les différents secteurs sont bien délimités, les collègues sont sympathiques et lorsque je suis arrivés il y avait un planning de dédicaces assez chargé donc sur ce point j'étais très contente. C'est déjà pas mal hein?! Oui mais tu te doutes bien que ça ne fait pas tout pour être bien dans son travail. 


(rien que d'imaginer la suite de cet article me met en colère et triste à la fois).

La personne tenant cette librairie malheureusement est le principal soucis auquel j'ai eu à faire. C'est dur à écrire parce que on peut trouver pire évidemment mais oui elle a été la source principale de mes angoisses tout le temps où j'y suis allée. 
Pour commencer, l'organisation n'est vraiment pas son fort. Plus haut je te disais que j'avais travaillé 12 jours d'affilés dès le début du contrat.  Je commençais mon contrat un mardi et donc pour cette personne le lundi était compté comme un jour de congé dans ma semaine. 
-Du coup on peut lui mettre son prochain jour de congé le dimanche d'après ça va passer!... 
-Mais oui bien sûr! (c'est ironique)  

Sur la période d'été, mon emploi du temps n'a jamais été le même, les heures supplémentaires nous étaient imposées comme notre présence pendant des nocturnes et dimanche matin. 
Et sur la totalité de mon contrat, mon emploi du temps semainier m'a été donné seulement 3 jours avant le début de ma semaine. Je te laisse imaginer que niveau organisation de rendez-vous (médicaux ou autres) j'ai clairement pas pu.

Sur le poste en tant que tel, bien que j'ai eu la chance d'avoir une formation et un diplôme, j'étais assez mal à l'aise avec les méthodes de là-bas. Les responsabilités m'ont été confiées au compte goutte et personne pour m'expliquer véritablement ce que je devais faire. Les différents secteurs travaillent en binôme, (j'étais au secteur librairie ce qui compte tout sauf la jeunesse et les bd bien que j'ai du de temps en temps les conseiller). 
Et malheureusement, ma binôme bien qu'elle soit adorable et gentille enchaînais les bourdes. C'est dur à dire mais je ne suis restée que 3 mois là bas et j'ai du rattraper ses boulettes et prendre des décisions que clairement je ne devais pas prendre (cela fait 6 ans qu'elle est dans cette structure). Et elle ne m'expliquait rien des méthodes utilisées. 
Au début, j'ai été très seule car tout le monde pensait que je savais tout faire et mes collègues se méfiaient de moi car la personne en charge de la librairie ne favorise pas la confiance entre employés. On est encouragé à dénoncer ses collègues, à les espionner. Dès la première semaine on m'a demandé d'espionner ma binôme et de donner mon avis sur le travail des autres employés. 

Petit à petit j'ai su gagner leur confiance et montrer mon potentiel du coup avoir une certaine aisance. Mais j'ai du prendre des responsabilités toute seule car officiellement à la fin de mon contrat j'avais le droit : 
-d'encaisser les clients
-mettre en place les livres 
-faire le réassort quotidien (et encore)
Je n'ai jamais validé les commandes et surtout je n'avais pas le droit de faire des retours de base. J'ai du m'octroyer moi même ce droit car tu as beau mettre plein de livres il faut bien en enlever à un moment. Et sur ces tâches de temps en temps mes compétences étaient remises en cause. Et bien oui mais si personne ne m'explique je ne peux pas les faire selon vos souhaits, je l'ai fait comme j'ai appris.

Je vais maintenant te parler d'une tâche que j'ai détesté du début à la fin de mon contrat là bas: surveiller les meilleures ventes. 
Dans ma précédente librairie les meilleures ventes étaient faite le vendredi, jour où on recevait le magazine des professionnels du livre sur lequel ils mettent chaque semaine les meilleures ventes dans les différentes catégories. 
Là bas, c'était le lundi et je devais imprimer les meilleures ventes d'un concurrent et vérifier les stocks et s'il étaient mis en avant. Oui tu n'as pas mal lu... d'un CONCURRENT! Donc ce qui signifie qu'en allant voir le site je donnais malgré moi de l'argent à un concurrent. Je détestait ça, j'avais l'impression de donner mon âme au diable. J'ai rien contre eux, vraiment, mais pour moi c'était vraiment ambivalent de clamer une certaine indépendance de la librairie et de vérifier ses meilleures ventes sur un site concurrent. Lorsque j'ai émis une réserve, non seulement la personne responsable n'en démordait pas mais m'a dit "Il faut qu'on fasse comme une grande surface mais en mieux". Ok... si c'est ça ta vision d'une librairie... Tu peux l'avoir oui, mais clairement ce n'est pas la mienne. 

J'oublie et omet des choses mais tu vois surement un peu le climat là bas, j'avais beau avoir un diplôme et mes collègues pour me soutenir non je ne m'y sentais pas bien. 
Et visiblement je n'étais pas la seule, la personne que j'ai remplacée à posé sa démission et j'ai appris que depuis le temps il y avait au moins une dizaine de personnes qui avaient été à mon poste et qui en étaient parties. 

Je ne veux pas plomber encore plus l'ambiance mais il faut bien dire que pendant ce temps là je vivais mal aussi le fait de ne plus être chez moi, d'avoir un déracinement total. Et lorsque je parlais à mes anciens collègues et camarades de classe je me sentais pas bien du tout. Je ne m'épanouissait pas et mon passé me manquait beaucoup...

Et maintenant?
Je ne vais pas finir cet article sur du négatif, parce que je n'ai pas envie de clore ce chapitre sans en retenir le bon. Je connais un peu plus mes envies et ma vision concernant la librairie et son monde. J'ai rencontré des collègues vraiment adorables et que je viendrais soutenir par une visite de temps en temps. J'ai rencontré aussi des commerçants dans les environs de la librairie qui m'ont permis de me changer les idées lors de mes pauses.

J'en profite pour remercier les personnes qui m'ont soutenue de manière plus ou moins directe. Mes anciens camarades, mes anciens collègues, ma famille, la famille de mon homme et pour finir mon chéri. 
Sans lui, j'aurais laissé tombé. Il m'a soutenu, m'a aidé et a toujours trouvé le moyen de me redonner le sourire malgré tout ce que je vivais. J'ai eu beaucoup de chance de le rencontrer et qu'il soit à mes côtés pour ce moment.

A l'aube d'un nouveau contrat et du coup d'une nouvelle période, je clos ce chapitre de ma vie pour commencer sur de nouvelles bases. J'ai enfin des vacances après plus d' un an et deux mois sans et je vais en profiter. Je ne sais pas ce que cette nouvelle expérience va donner mais je sais que je peux compter sur mes proches pour me soutenir et c'est ça l'essentiel.


jeudi 18 octobre 2018

Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler de Luis Sepulveda

Résumé: 
L'histoire commence au large des côtes européennes, dans les années 1990. La mouette Kengah est prise dans une marée noire à la suite d'un moment d'inattention. Mazoutée, elle parvient péniblement à voler jusqu'à la côte et s'échoue sur un balcon dans le port de Hambourg. Tandis qu'elle agonise, un chat grand, noir et gros, nommé Zorbas, s'approche d'elle avec étonnement. La mouette mourante soutire au chat trois promesses : qu'il ne mangera pas l'œuf, qu'il veillera sur lui jusqu'à ce qu'il éclose, et qu'il enseigne à voler au poussin. Après la mort de Kengah, Zorbas est très embarrassé : comment tenir une promesse pareille et conserver sa dignité ? Mais parole de chat donnée ne peut être reprise, et il s'emploie à prendre soin de l'œuf.








Mon avis: 
A la recherche de livres courts à emprunter au travail avant mon départ, mes yeux se sont posés sur ce livre. Cela faisait plusieurs fois que je l'avais vu dans les meilleures ventes et j'avais toujours en tête la jaquette du DVD que je regardais étant petite mais je ne me souvenais plus du tout de l'histoire. Je l'ai donc pris en me disant qu'au pire je n'allais pas perdre trop de temps à le lire. 

L'histoire est simple et attendrissante, on peut très facilement dire que c'est un conte tant la morale et l’anthropomorphisme sont typiques des contes et fables qu'on connait. J'ai eu beaucoup d'attachement pour Zorbas qui reste fidèle à sa promesse et qui se démène pour la réaliser alors que ça va contre sa nature. Le chat qui jouent les vieux loups de mer (j'ai oublié son nom) m'a fait beaucoup rire aussi. 

Ce que j'aime dans ce livre c'est l'aspect universel et toutes les thématiques qu'il aborde, il a plusieurs lectures et tu peux y trouver de profondes réflexions sur la société, l'écologie ou l'amitié dedans. 

Je ne dirais pas que c'est un coup de coeur mais pas loin, je vous conseille vivement de le lire, emprunter le, acheter le ou regardez la version animé mais il faut que vous découvriez cette histoire si vous ne la connaissez pas. 






mardi 16 octobre 2018

L'alchimiste de Paulo Coelho

Résumé: 

Santiago, un jeune berger andalou, part à la recherche d'un trésor enfoui au pied des Pyramides.
Lorsqu'il rencontre l'Alchimiste dans le désert, celui-ci lui apprend à écouter son cœur, à lire les signes du destin et, par-dessus tout, à aller au bout de son rêve.


Mon avis: 
L'alchimiste est un classique en librairie, il se vend toujours et son auteur continue de bien vendre ses autres titres. 

Après Eleanor & Park j'ai cherché un livre court à lire pour les transports, je me suis tourné vers celui-ci assez naturellement. Comme si c'était son moment. 

Le livre est bien écrit, le conte philosophique qu'on nous raconte nous plonge en plein cœur du destin de ce jeune berger andalou qui part vivre son destin. 

Le livre est un récit initiatique un peu classique, sur son chemin parcouru d’embûches le héros va rencontrer des mentors pour l'aider et lui faire comprendre quelque chose ainsi il se rapprochera de plus en plus de l’âme du monde. 

Je n'ai pas été vraiment satisfaite du twist final, dans le sens ou même si je pouvais l'avoir vu venir j'aurais aimé que cela n'ai pas ce message classique de "tu vois ce que tu cherche tu l'avais sous le nez depuis le début". Mais là je pinaille parce que le reste était très facile à lire et ma foi intéressant

Si les quêtes initiatiques avec un fond de philosophie vous intéressent je vous conseille ce livre. 

Nanofictions de Patrick Baud

Résumé: Avec les Nanofictions, Patrick Baud s'est lancé dans un étonnant défi littéraire : raconter des histoires complètes en quelques phrases. Teintées de fantastique, d'onirisme, de poésie et d'humour, ces micronouvelles invitent les lecteurs à plonger dans un imaginaire riche et foisonnant. 

Mon avis: 
Quitte à parler de cet ouvrage autant que je vous parle de l'auteur et de son contenu sur YouTube. Patrick Baud alias Axolot, est un youtubeur qui sur sa chaîne montre des curiosités, choses insolites et fait découvrir beaucoup de choses. Bien que j'apprécie beaucoup lorsque je regarde je ne suis pas une fan inconditionnelle de sa chaîne. Je ne me souviens même pas si j'y suis vraiment abonnée. Je sais juste que j'aime particulièrement sa série "étranges escales". 


L'envie de lire Nanofictions vient déjà de Twitter où j'ai pu en lire quelques unes. Lorsque le livre est sorti nous ne l'avons pas reçu dans ma librairie et j'ai profité d'un moment où je devais aller dans l'espace culturel dans lequel je vais bosser pour l'acheter. 



Et alors qu'est-ce que ça donne? Et bien le recueil Nanofictions souffre du même écueil que n'importe quel recueil de nouvelles: c'est inégal. Il y a des fictions qui marquent et d'autres non. Il se lit vite ça j'ai beaucoup apprécié mais il faut être très concentré pour savourer pleinement les histoires car oui elles sont très condensées. 



L'exercice auquel il s'est plié n'est vraiment pas facile et je trouve ça sympa qu'il ose faire ça et fait découvrir ce genre de chose au plus grand nombre. 



La fiction que j'ai le plus retenue est celle avec les monstres par rapport au Loch Ness que j'ai trouvé très drôle et bien trouvée. 





Quoiqu'il en soit je vous conseille de le lire, et même si cela vous tente de vous essayer à l'exercice. Car un format contraint permet aussi de sortir un autre type de créativité que la possibilité de créer à l'infini.




jeudi 4 octobre 2018

Eleanor and Park de Rainbow Rowell


Résumé:

1986. Lorsque Eleanor, nouvelle au lycée, trop rousse, trop ronde, s'installe à côté de lui dans le bus scolaire, Park, garçon solitaire et secret, l'ignore poliment. Pourtant, peu à peu, les deux lycéens se rapprochent, liés par leur amour des comics et des Smiths... Et qu'importe si tout le monde au lycée harcèle Eleanor et si sa vie chez elle est un véritable enfer, Park est prêt à tout pour la sortir de là.




Mon avis: 




Pendant la lecture de Fangirl j'étais sûre de vouloir lire Eleanor & Park parce que je savais juste que la rencontre entre eux deux sortait de l'ordinaire. Le fait qu'ils ne se parlent pas au début je trouvais ça original. Du coup lorsqu'au boulot j'ai vu qu'il nous restait celui-ci et en grand format je n'ai pas hésité je l'ai emprunté. 


Comment dire... Eleanor & Park a été un énorme coup de coeur (tellement que je pense me le prendre en anglais). Pourtant ça n'a pas été gagné, j'ai même eu envie de le laisser tomber à un moment. Mais j'ai persisté et ça a marché! 

Les personnages sont attendrissants, Eleanor n'est pas la fille parfaite: elle a de l'embonpoint et elle ne s'aime pas pour ça, porte des vêtements pas toujours coordonnés, elle se fait harcelée au lycée dès son premier jour, elle vit un enfer à la maison. Mais qu'est-ce qu'elle est attachante! Et le point de vue de Park sur elle est un vrai bonheur car il nous montre ce qu'elle a de positif en elle. J'ai adoré Park aussi, sa vie familiale, sa façon de penser, son aspect marginal tout en étant respecté au lycée... Ils ne sont pas aprfait tout les deux et c'est ça qui est génial! Ils sont originaux et ont chacun leur travers, Eleanor ça peut être son caractère et son manque de confiance en soi, Park c'est son manque de tact et c'est ça que j'ai envie de voir dans un roman! Pas les même clichés encore et encore servi à différentes sauces.
Les personnages sont hyper bien travaillés donc Mme l'autrice chapeau bas pour ce travail! 

Si j'ai failli l'abandonner ce n'est pas vraiment à cause de lui mais vraiment à cause de moi (le classique c'est pas toi c'est moi mais pour un livre!) . Enfin je vais vous expliquer: je vous apprend rien c'est une histoire d'amour donc à un moment faut bien qu'ils découvre ça, le fait d'être ensemble et tout. Et j'ai eu cette réflexion à un moment "C'est trop mignon!!! mais j'ai peur que ça devienne/soit niais". 
Je pense que tu l'as compris, à partir du moment où on se dit ça c'est hyper dur de passer outre et j'ai arrêté directement la lecture. Et c'est Macbeth qui m'a permis de casser cet aspect parce que justement j'ai eu un coup de coeur dessus, parce que Macbeth était plus cruel et qu'il m'a fait dire "Finis Eleanor and Park! Ne reste pas  sur un a priori alors que tu l'aimais beaucoup".  

J'ai bien fait de le finir, il m'a laissé le coeur en mille morceaux mais je lui en veut pas. C'est un livre qui me marquera pour toujours et cela me fait plaisir de lui laisser cette place là dans mon coeur. 


Ps: Par contre je suis pas fan du trait sur la couverture, et je parle bien du trait de l'illustrateur parce que le dessin de base j'adore mais j'aurais aimé un autre trait pour les représenter. Je vous ai mit des exemples de fan art que j'ai aimé pour eux. 






Index auteur


Albertalli Becky, Love Simon
Balzac Honoré de, Le père Goriot
Black'Mor Elian et Carine M, Spooky et les contes de travers
Bottero Pierre, La quête d'Ewilan (trilogie), La quête d'Ewilan (BD)
Baud Patrick, Nanofictions
Chabrillac Odile, Âme de sorcière
Christie Agatha, Le crime de l'Orient Express , Le crime d'Halloween
Coelho Paulo, L'alchimiste
Conan Doyle Sir Arthur, Etude en Rouge
Dahl Roald, Moi,Boy
Frank Anne, Le journal 
  • J
Josse Gaelle, Une longue impatience
  • K
Keyes Daniel, Des fleurs pour Algernon  
  • L
Ladjali Cécile, Benedict  
Liu Ken, Le regard
Lopez Marie, #EnjoyMarie
Lovecraft Howard Phillips, L'appel de Cthuluh
  • M
Malzieu Mathias, Une sirène à Paris
  • N
  • O
Oima Yoshitoki, To your eternity T1
  • P
Palahniuk Chuck, Damnés 
  • Q
  • R
Rowell Rainbow, FangirlEleanor & Park 
  • S
Sabard Clarisse, Les lettres de Rose
Shakespeare William, Macbeth 
Sukegawa Durian, Les délices de Tokyo 
  • T
Takaya Natsuki, Fruits Basket Another T1
  • U
  • V
Van Cauwelaert Didier, Jules
  • W
Wool Virginia, Une chambre à soi  
  • X
  • Y
  • Z
Les petits ❤ a côté désigne mes coup de coeur!