mercredi 24 octobre 2018

La déesse des marguerites et des boutons d'or de Martin Millar

Résumé: 

Aristophane est inconsolable : ses rivaux dramaturges monopolisent toute l’attention d’Athènes, un aspirant poète en mal de reconnaissance lui colle aux basques, ses acteurs sont incapables de retenir la moindre réplique et son propre mécène semble avoir été piqué par la mouche de l’avarice.

Comment La Paix, sa dernière comédie, pourrait-elle convaincre les Athéniens de s’opposer à la guerre contre Sparte dans de telles conditions ?


Mon avis: 
C'est le premier livre que j'ai acheté dans la librairie où j'ai eu une mauvaise expérience.  La couverture ainsi que le résumé m'avaient plus donc j'ai décidé de l'emprunter puis de l'acheter. 

La lecture de ce livre est très fluide, on passe de personnages en personnages pour comprendre leur point de vue et avancer dans l'intrigue. La trame est assez classique mais bien traitée ce qui en fait un bon livre. 

Ce qui m'a plu c'est la recherche que Martin Millar a fait en amont pour faire plein de références que ce soit à la mythologie ou au monde antique. J'avais vraiment l'impression d'être transportée à Athènes dans cet univers où les humains et les divinités cohabitent. 

Les personnages sont bien traités ils ont tous un côté attachant qui donne envie de continuer à suivre leurs aventures. 

Evidemment il y a des petits bémols, par exemple j'ai beaucoup trop deviné ce qu'il va se passer dans la pièce d'Aristophane à la fin.  Et dans d'autres situations par exemple lorsque Bremusa et Idomédée se rencontraient et combattaient: je trouvais l'astuce pour les faire arrêter de se battre trop facile du coup on en perd l'enjeu du combat. 

Mais j'ai passé un bon temps avec Aristophane, Luxos, Brémusa, Métris, Athéna, Socrate et les autres. Si la mythologie t'intéresse et que tu veux une lecture sans prise de tête je te conseille ce livre. 


Une mauvaise expérience

Hello! 


Dans mes articles j'essaye toujours de distiller à défaut de bonne humeur au moins quelque chose de positif. Là ici pour cet article ce ne sera clairement pas le cas parce que je vais te parler de ce que j'ai vécu ces derniers mois. Je suis désolée si mon article est brouillon mais il y a tellement de choses à dire et en même temps que ça va être dur de bien organiser ça. 

Alors avant que tu commences la lecture pure et dure de ce qui m'est arrivé je voulais te faire méditer sur une phrase que j'ai vue sur l'instagram d'une ancienne camarade de classe (je te fais un gros bisous si tu passe par là) cette phrase c'est "il n'y a pas de hiérarchie dans la douleur". Ces derniers mois je les ai pas très bien vécus, et bien sûr je sais que pour certains ça n'est rien qu'il y a "pire" mais ce sont mes sentiments, mes émotions, je les ai vécues et je ne vois pas qui pourrait les juger. Bien nous pouvons commencer. 

Avant:
Il faut remonter à plusieurs mois maintenant, à peu près en juin j'imagine. Pendant 2 ans, j'ai travaillé dans une librairie en banlieue parisienne. J'y avais ma place mon travail était assez bien reconnu. J'avais des responsabilités assez diverses et m'entendais très bien avec la plupart de mes collègues (si ce n'est la totalité). On peut dire que je m'épanouissais assez bien dans mon travail, j'avais juste une petite frustration de ne pas faire plus d’événement autour du livre mais globalement tout allait bien. 
En parallèle on arrivait donc à la fin de mon apprentissage au sein du CFA et qui dit fin dit diplôme, et qui dit diplôme dit examens. J'avais donc des examens assez divers à passer et comme tu le sais je ne suis pas du tout nerveuse comme personne (c'est faux!)
Pour finir, tu le sais mais j'étais en relation à distance avec mon homme et on avait prévu qu'à la fin de mes études j'irai vivre avec lui (ce qui veut dire trouver un boulot, un logement etc...). 

Et donc je me suis retrouvée à organiser mon déménagement pendant mes examens parce qu'en mai j'avais effectivement trouvé un boulot là-bas et qu'il me fallait du coup enchaîner le tout. Donc à peine mes examens finis j'ai du dire au revoir à mes amis, finir mon contrat dans la librairie en banlieue parisienne et déménager a plus de 1000 kilomètres de distance du lieu où j'ai toujours habité. Tu imagines bien qu'avec tout ça j'étais déjà un peu fatiguée! Heureusement, j'ai juste déménagé dans ma belle famille et non pas dans un appartement je te laisse imaginer le carnage que ça aurait été.



Le début des hostilités
Début juillet j'entame mon nouveau contrat au sein d'une nouvelle librairie indépendante qui faisait deux fois la taille de ma précédente librairie. Et j'arrive en plein dans la période touristique! Donc je commence mon contrat sur les rotules et je dois fournir une énergie digne des Noëls dans ma précédente librairie. Il faut ajouter que j'ai commencé ce nouveau contrat en enchaînant 12 jours de boulot d'affilé. (t'inquiète je t'expliquerai) 

Je ne savais pas dans quoi j'avais mis les pieds... cet article ce n'est pas juste pour te dire que j'ai été fatiguée mais aussi pour te parler du calvaire qu'a été ce boulot. Il fallait cependant que je te montre la situation de base pour que tu prenne bien en compte que je ne suis pas arrivé dans le meilleur des états d'esprits là bas. Ce sera difficile de te dire tout les trucs qui me sont tombés dessus parce que je vais en oublier sûrement. Mais je tacherai de te faire comprendre l'essentiel.

Commençons par le positif, la librairie est très bien implanté, l'offre qu'elle propose à défaut d'être pointue est variée, les différents secteurs sont bien délimités, les collègues sont sympathiques et lorsque je suis arrivés il y avait un planning de dédicaces assez chargé donc sur ce point j'étais très contente. C'est déjà pas mal hein?! Oui mais tu te doutes bien que ça ne fait pas tout pour être bien dans son travail. 


(rien que d'imaginer la suite de cet article me met en colère et triste à la fois).

La personne tenant cette librairie malheureusement est le principal soucis auquel j'ai eu à faire. C'est dur à écrire parce que on peut trouver pire évidemment mais oui elle a été la source principale de mes angoisses tout le temps où j'y suis allée. 
Pour commencer, l'organisation n'est vraiment pas son fort. Plus haut je te disais que j'avais travaillé 12 jours d'affilés dès le début du contrat.  Je commençais mon contrat un mardi et donc pour cette personne le lundi était compté comme un jour de congé dans ma semaine. 
-Du coup on peut lui mettre son prochain jour de congé le dimanche d'après ça va passer!... 
-Mais oui bien sûr! (c'est ironique)  

Sur la période d'été, mon emploi du temps n'a jamais été le même, les heures supplémentaires nous étaient imposées comme notre présence pendant des nocturnes et dimanche matin. 
Et sur la totalité de mon contrat, mon emploi du temps semainier m'a été donné seulement 3 jours avant le début de ma semaine. Je te laisse imaginer que niveau organisation de rendez-vous (médicaux ou autres) j'ai clairement pas pu.

Sur le poste en tant que tel, bien que j'ai eu la chance d'avoir une formation et un diplôme, j'étais assez mal à l'aise avec les méthodes de là-bas. Les responsabilités m'ont été confiées au compte goutte et personne pour m'expliquer véritablement ce que je devais faire. Les différents secteurs travaillent en binôme, (j'étais au secteur librairie ce qui compte tout sauf la jeunesse et les bd bien que j'ai du de temps en temps les conseiller). 
Et malheureusement, ma binôme bien qu'elle soit adorable et gentille enchaînais les bourdes. C'est dur à dire mais je ne suis restée que 3 mois là bas et j'ai du rattraper ses boulettes et prendre des décisions que clairement je ne devais pas prendre (cela fait 6 ans qu'elle est dans cette structure). Et elle ne m'expliquait rien des méthodes utilisées. 
Au début, j'ai été très seule car tout le monde pensait que je savais tout faire et mes collègues se méfiaient de moi car la personne en charge de la librairie ne favorise pas la confiance entre employés. On est encouragé à dénoncer ses collègues, à les espionner. Dès la première semaine on m'a demandé d'espionner ma binôme et de donner mon avis sur le travail des autres employés. 

Petit à petit j'ai su gagner leur confiance et montrer mon potentiel du coup avoir une certaine aisance. Mais j'ai du prendre des responsabilités toute seule car officiellement à la fin de mon contrat j'avais le droit : 
-d'encaisser les clients
-mettre en place les livres 
-faire le réassort quotidien (et encore)
Je n'ai jamais validé les commandes et surtout je n'avais pas le droit de faire des retours de base. J'ai du m'octroyer moi même ce droit car tu as beau mettre plein de livres il faut bien en enlever à un moment. Et sur ces tâches de temps en temps mes compétences étaient remises en cause. Et bien oui mais si personne ne m'explique je ne peux pas les faire selon vos souhaits, je l'ai fait comme j'ai appris.

Je vais maintenant te parler d'une tâche que j'ai détesté du début à la fin de mon contrat là bas: surveiller les meilleures ventes. 
Dans ma précédente librairie les meilleures ventes étaient faite le vendredi, jour où on recevait le magazine des professionnels du livre sur lequel ils mettent chaque semaine les meilleures ventes dans les différentes catégories. 
Là bas, c'était le lundi et je devais imprimer les meilleures ventes d'un concurrent et vérifier les stocks et s'il étaient mis en avant. Oui tu n'as pas mal lu... d'un CONCURRENT! Donc ce qui signifie qu'en allant voir le site je donnais malgré moi de l'argent à un concurrent. Je détestait ça, j'avais l'impression de donner mon âme au diable. J'ai rien contre eux, vraiment, mais pour moi c'était vraiment ambivalent de clamer une certaine indépendance de la librairie et de vérifier ses meilleures ventes sur un site concurrent. Lorsque j'ai émis une réserve, non seulement la personne responsable n'en démordait pas mais m'a dit "Il faut qu'on fasse comme une grande surface mais en mieux". Ok... si c'est ça ta vision d'une librairie... Tu peux l'avoir oui, mais clairement ce n'est pas la mienne. 

J'oublie et omet des choses mais tu vois surement un peu le climat là bas, j'avais beau avoir un diplôme et mes collègues pour me soutenir non je ne m'y sentais pas bien. 
Et visiblement je n'étais pas la seule, la personne que j'ai remplacée à posé sa démission et j'ai appris que depuis le temps il y avait au moins une dizaine de personnes qui avaient été à mon poste et qui en étaient parties. 

Je ne veux pas plomber encore plus l'ambiance mais il faut bien dire que pendant ce temps là je vivais mal aussi le fait de ne plus être chez moi, d'avoir un déracinement total. Et lorsque je parlais à mes anciens collègues et camarades de classe je me sentais pas bien du tout. Je ne m'épanouissait pas et mon passé me manquait beaucoup...

Et maintenant?
Je ne vais pas finir cet article sur du négatif, parce que je n'ai pas envie de clore ce chapitre sans en retenir le bon. Je connais un peu plus mes envies et ma vision concernant la librairie et son monde. J'ai rencontré des collègues vraiment adorables et que je viendrais soutenir par une visite de temps en temps. J'ai rencontré aussi des commerçants dans les environs de la librairie qui m'ont permis de me changer les idées lors de mes pauses.

J'en profite pour remercier les personnes qui m'ont soutenue de manière plus ou moins directe. Mes anciens camarades, mes anciens collègues, ma famille, la famille de mon homme et pour finir mon chéri. 
Sans lui, j'aurais laissé tombé. Il m'a soutenu, m'a aidé et a toujours trouvé le moyen de me redonner le sourire malgré tout ce que je vivais. J'ai eu beaucoup de chance de le rencontrer et qu'il soit à mes côtés pour ce moment.

A l'aube d'un nouveau contrat et du coup d'une nouvelle période, je clos ce chapitre de ma vie pour commencer sur de nouvelles bases. J'ai enfin des vacances après plus d' un an et deux mois sans et je vais en profiter. Je ne sais pas ce que cette nouvelle expérience va donner mais je sais que je peux compter sur mes proches pour me soutenir et c'est ça l'essentiel.


jeudi 18 octobre 2018

Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler de Luis Sepulveda

Résumé: 
L'histoire commence au large des côtes européennes, dans les années 1990. La mouette Kengah est prise dans une marée noire à la suite d'un moment d'inattention. Mazoutée, elle parvient péniblement à voler jusqu'à la côte et s'échoue sur un balcon dans le port de Hambourg. Tandis qu'elle agonise, un chat grand, noir et gros, nommé Zorbas, s'approche d'elle avec étonnement. La mouette mourante soutire au chat trois promesses : qu'il ne mangera pas l'œuf, qu'il veillera sur lui jusqu'à ce qu'il éclose, et qu'il enseigne à voler au poussin. Après la mort de Kengah, Zorbas est très embarrassé : comment tenir une promesse pareille et conserver sa dignité ? Mais parole de chat donnée ne peut être reprise, et il s'emploie à prendre soin de l'œuf.








Mon avis: 
A la recherche de livres courts à emprunter au travail avant mon départ, mes yeux se sont posés sur ce livre. Cela faisait plusieurs fois que je l'avais vu dans les meilleures ventes et j'avais toujours en tête la jaquette du DVD que je regardais étant petite mais je ne me souvenais plus du tout de l'histoire. Je l'ai donc pris en me disant qu'au pire je n'allais pas perdre trop de temps à le lire. 

L'histoire est simple et attendrissante, on peut très facilement dire que c'est un conte tant la morale et l’anthropomorphisme sont typiques des contes et fables qu'on connait. J'ai eu beaucoup d'attachement pour Zorbas qui reste fidèle à sa promesse et qui se démène pour la réaliser alors que ça va contre sa nature. Le chat qui jouent les vieux loups de mer (j'ai oublié son nom) m'a fait beaucoup rire aussi. 

Ce que j'aime dans ce livre c'est l'aspect universel et toutes les thématiques qu'il aborde, il a plusieurs lectures et tu peux y trouver de profondes réflexions sur la société, l'écologie ou l'amitié dedans. 

Je ne dirais pas que c'est un coup de coeur mais pas loin, je vous conseille vivement de le lire, emprunter le, acheter le ou regardez la version animé mais il faut que vous découvriez cette histoire si vous ne la connaissez pas. 






mardi 16 octobre 2018

L'alchimiste de Paulo Coelho

Résumé: 

Santiago, un jeune berger andalou, part à la recherche d'un trésor enfoui au pied des Pyramides.
Lorsqu'il rencontre l'Alchimiste dans le désert, celui-ci lui apprend à écouter son cœur, à lire les signes du destin et, par-dessus tout, à aller au bout de son rêve.


Mon avis: 
L'alchimiste est un classique en librairie, il se vend toujours et son auteur continue de bien vendre ses autres titres. 

Après Eleanor & Park j'ai cherché un livre court à lire pour les transports, je me suis tourné vers celui-ci assez naturellement. Comme si c'était son moment. 

Le livre est bien écrit, le conte philosophique qu'on nous raconte nous plonge en plein cœur du destin de ce jeune berger andalou qui part vivre son destin. 

Le livre est un récit initiatique un peu classique, sur son chemin parcouru d’embûches le héros va rencontrer des mentors pour l'aider et lui faire comprendre quelque chose ainsi il se rapprochera de plus en plus de l’âme du monde. 

Je n'ai pas été vraiment satisfaite du twist final, dans le sens ou même si je pouvais l'avoir vu venir j'aurais aimé que cela n'ai pas ce message classique de "tu vois ce que tu cherche tu l'avais sous le nez depuis le début". Mais là je pinaille parce que le reste était très facile à lire et ma foi intéressant

Si les quêtes initiatiques avec un fond de philosophie vous intéressent je vous conseille ce livre. 

Nanofictions de Patrick Baud

Résumé: Avec les Nanofictions, Patrick Baud s'est lancé dans un étonnant défi littéraire : raconter des histoires complètes en quelques phrases. Teintées de fantastique, d'onirisme, de poésie et d'humour, ces micronouvelles invitent les lecteurs à plonger dans un imaginaire riche et foisonnant. 

Mon avis: 
Quitte à parler de cet ouvrage autant que je vous parle de l'auteur et de son contenu sur YouTube. Patrick Baud alias Axolot, est un youtubeur qui sur sa chaîne montre des curiosités, choses insolites et fait découvrir beaucoup de choses. Bien que j'apprécie beaucoup lorsque je regarde je ne suis pas une fan inconditionnelle de sa chaîne. Je ne me souviens même pas si j'y suis vraiment abonnée. Je sais juste que j'aime particulièrement sa série "étranges escales". 


L'envie de lire Nanofictions vient déjà de Twitter où j'ai pu en lire quelques unes. Lorsque le livre est sorti nous ne l'avons pas reçu dans ma librairie et j'ai profité d'un moment où je devais aller dans l'espace culturel dans lequel je vais bosser pour l'acheter. 



Et alors qu'est-ce que ça donne? Et bien le recueil Nanofictions souffre du même écueil que n'importe quel recueil de nouvelles: c'est inégal. Il y a des fictions qui marquent et d'autres non. Il se lit vite ça j'ai beaucoup apprécié mais il faut être très concentré pour savourer pleinement les histoires car oui elles sont très condensées. 



L'exercice auquel il s'est plié n'est vraiment pas facile et je trouve ça sympa qu'il ose faire ça et fait découvrir ce genre de chose au plus grand nombre. 



La fiction que j'ai le plus retenue est celle avec les monstres par rapport au Loch Ness que j'ai trouvé très drôle et bien trouvée. 





Quoiqu'il en soit je vous conseille de le lire, et même si cela vous tente de vous essayer à l'exercice. Car un format contraint permet aussi de sortir un autre type de créativité que la possibilité de créer à l'infini.




jeudi 4 octobre 2018

Eleanor and Park de Rainbow Rowell


Résumé:

1986. Lorsque Eleanor, nouvelle au lycée, trop rousse, trop ronde, s'installe à côté de lui dans le bus scolaire, Park, garçon solitaire et secret, l'ignore poliment. Pourtant, peu à peu, les deux lycéens se rapprochent, liés par leur amour des comics et des Smiths... Et qu'importe si tout le monde au lycée harcèle Eleanor et si sa vie chez elle est un véritable enfer, Park est prêt à tout pour la sortir de là.




Mon avis: 




Pendant la lecture de Fangirl j'étais sûre de vouloir lire Eleanor & Park parce que je savais juste que la rencontre entre eux deux sortait de l'ordinaire. Le fait qu'ils ne se parlent pas au début je trouvais ça original. Du coup lorsqu'au boulot j'ai vu qu'il nous restait celui-ci et en grand format je n'ai pas hésité je l'ai emprunté. 


Comment dire... Eleanor & Park a été un énorme coup de coeur (tellement que je pense me le prendre en anglais). Pourtant ça n'a pas été gagné, j'ai même eu envie de le laisser tomber à un moment. Mais j'ai persisté et ça a marché! 

Les personnages sont attendrissants, Eleanor n'est pas la fille parfaite: elle a de l'embonpoint et elle ne s'aime pas pour ça, porte des vêtements pas toujours coordonnés, elle se fait harcelée au lycée dès son premier jour, elle vit un enfer à la maison. Mais qu'est-ce qu'elle est attachante! Et le point de vue de Park sur elle est un vrai bonheur car il nous montre ce qu'elle a de positif en elle. J'ai adoré Park aussi, sa vie familiale, sa façon de penser, son aspect marginal tout en étant respecté au lycée... Ils ne sont pas aprfait tout les deux et c'est ça qui est génial! Ils sont originaux et ont chacun leur travers, Eleanor ça peut être son caractère et son manque de confiance en soi, Park c'est son manque de tact et c'est ça que j'ai envie de voir dans un roman! Pas les même clichés encore et encore servi à différentes sauces.
Les personnages sont hyper bien travaillés donc Mme l'autrice chapeau bas pour ce travail! 

Si j'ai failli l'abandonner ce n'est pas vraiment à cause de lui mais vraiment à cause de moi (le classique c'est pas toi c'est moi mais pour un livre!) . Enfin je vais vous expliquer: je vous apprend rien c'est une histoire d'amour donc à un moment faut bien qu'ils découvre ça, le fait d'être ensemble et tout. Et j'ai eu cette réflexion à un moment "C'est trop mignon!!! mais j'ai peur que ça devienne/soit niais". 
Je pense que tu l'as compris, à partir du moment où on se dit ça c'est hyper dur de passer outre et j'ai arrêté directement la lecture. Et c'est Macbeth qui m'a permis de casser cet aspect parce que justement j'ai eu un coup de coeur dessus, parce que Macbeth était plus cruel et qu'il m'a fait dire "Finis Eleanor and Park! Ne reste pas  sur un a priori alors que tu l'aimais beaucoup".  

J'ai bien fait de le finir, il m'a laissé le coeur en mille morceaux mais je lui en veut pas. C'est un livre qui me marquera pour toujours et cela me fait plaisir de lui laisser cette place là dans mon coeur. 


Ps: Par contre je suis pas fan du trait sur la couverture, et je parle bien du trait de l'illustrateur parce que le dessin de base j'adore mais j'aurais aimé un autre trait pour les représenter. Je vous ai mit des exemples de fan art que j'ai aimé pour eux. 






Index auteur


Albertalli Becky, Love Simon
Balzac Honoré de, Le père Goriot
Black'Mor Elian et Carine M, Spooky et les contes de travers
Bottero Pierre, La quête d'Ewilan (trilogie), La quête d'Ewilan (BD)
Baud Patrick, Nanofictions
Chabrillac Odile, Âme de sorcière
Christie Agatha, Le crime de l'Orient Express , Le crime d'Halloween
Coelho Paulo, L'alchimiste
Conan Doyle Sir Arthur, Etude en Rouge
Dahl Roald, Moi,Boy
Frank Anne, Le journal 
  • J
Josse Gaelle, Une longue impatience
  • K
Keyes Daniel, Des fleurs pour Algernon  
  • L
Ladjali Cécile, Benedict  
Liu Ken, Le regard
Lopez Marie, #EnjoyMarie
Lovecraft Howard Phillips, L'appel de Cthuluh
  • M
Malzieu Mathias, Une sirène à Paris
  • N
  • O
Oima Yoshitoki, To your eternity T1
  • P
Palahniuk Chuck, Damnés 
  • Q
  • R
Rowell Rainbow, FangirlEleanor & Park 
  • S
Sabard Clarisse, Les lettres de Rose
Shakespeare William, Macbeth 
Sukegawa Durian, Les délices de Tokyo 
  • T
Takaya Natsuki, Fruits Basket Another T1
  • U
  • V
Van Cauwelaert Didier, Jules
  • W
Wool Virginia, Une chambre à soi  
  • X
  • Y
  • Z
Les petits ❤ a côté désigne mes coup de coeur! 

mardi 2 octobre 2018

Se mettre doucement au zéro déchet

Hello!

Je pense que cela ne t'étonnera pas mais en m'intéressant au semi végétarisme je me suis aussi intéressée à un mode de consommation moins gourmand en ressources.

Le zéro déchet en tant que tel n'existe pas, on ne peut pas jamais jeter quoique ce soit mais on peut limiter au possible ses déchets et c'est ça ce qu'on appelle le zéro déchet.

Se mettre à quelque chose de nouveau que ce soit changer son alimentation ou sa manière de consommer prend du temps. C'est des réflexes à désapprendre, des automatismes à défaire et c'est surtout aller contre la société actuelle qui tend vers une surconsommation. 

Dans cet article je ne te donnerai pas le mode d'emploi de la personne qui est zéro déchet par excellence. Il m'arrive encore d'acheter des choses emballées, il m'arrive encore d'acheter des choses dont je n'ai pas besoin et de ne pas respecter ce mode de vie parfaitement. 

Mais je prend petit à petit des réflexes, chacun son parcours. Le mien se construit doucement et c'est déjà un petit pas. Cet article est plus là pour te donner des idées de choses que tu peux déjà changer doucement et surtout quand tu ne vis pas "chez toi" comme moi c'est le cas. 

1. Trier ses déchets

Ça me parait essentiel mais ne serait ce qu'un petit tri chez soi aide déjà beaucoup. Le verre, le plastique, le papier et si on habite en campagne avec un jardin pourquoi pas se lancer dans le compost? La quasi totalité de la France a des poubelles spécifiques, dans le coin où j'habite en Corse elles viennent d'arriver et sont déjà bien employées! Si chez vous on est pas adepte du tri sélectif essayez de le faire pour vous déjà: dans la rue où dans votre chambre. 


2. Les sacs de courses 

Qu'on soit responsable ou non des courses on se retrouve souvent à devoir en faire, que ce soit des oublis ou juste du shopping souvent les magasins nous propose encore beaucoup de sacs. Le premier pas que j'ai fait vers le zéro déchet a été de refuser le plus possible les sacs que les gens me donnaient. Je suis adepte maintenant des totes bag en tissu, très pratiques ils sont lavables en machine et surtout réutilisable à souhait! 


3. Passer au solide pour les produits de beauté

J'ai commencé à le faire depuis mai, petit à petit j'élimine les bouteilles en plastique de ma routine de soin. Je ne suis pas ultra coquette mais j'adore de temps en temps me pouponner donc j'ai commencer simplement avec un savon et un shampoing. Ne sachant pas en faire et ne voulant pas me casser la tête je me suis naturellement tournée vers Lush. Les produits sont cruelty free, principalement naturels et plutôt fun à utiliser! Certains me diront sûrement que c'est pas l'idéal mais c'est déjà un pas et tant qu'a faire autant que ça reste agréable à faire comme pas. 
(Je risque fort de te reparler de Lush pour te parler des mes petits chouchous.)
 Déodorant, dentifrice, après shampoing... il est facilement possible de trouver du solide et le petit bonus c'est que ça dure très longtemps. Je me souviens avoir pris 100g de savon début mai que j'ai fini début septembre donc 3 à 4 mois avec le même savon je vous prie de croire que même si leur produits sont chers ça reste carrément rentable!

4. Adieu bouteilles d'eau! 

Depuis quelques mois j'ai décidé d'acheter une gourde en métal qui peut faire aussi thermos. L'idée derrière c'était d'arrêter de dépenser trop d'argent dans les bouteilles en plastique que je finissait par jeter, de plus le plastique n'est pas très bon pour la santé sur le long terme. Ma gourde reste au boulot en ce moment pour des raisons pratiques mais de temps en temps je la lave et ça reste simple d'utilisation et ça crée moins de déchets. Sinon j'utilise des mason jars à la maison et ai recycler une bouteille en verre pour faire de temps en temps du thé glacé. Je trouve le verre ultra sympa mais peu pratique au transport je dois bien avouer du coup ça reste plutôt à la maison.

5. Parlez en! 

Oui ce dernier point est étrange mais c'est en même temps le plus simple à faire. Vous ne savez pas comment mettre en place certaines étapes? Vous ne savez pas trop quoi en pensez? Renseignez vous, allez voir sur internet, à l'office du tourisme ou la mairie qu'est-ce qui est mis en place mais surtout parlez en autour de vous! 
L'idée derrière c'est que vos proches peuvent vous aider dans cette démarche, vous pouvez découvrir ça ensemble ou tout simplement comprendre quels sont leur point de vue par rapport à ça.

Macbeth de William Shakespeare

Résumé: 
A la suite d’une bataille victorieuse, le valeureux Macbeth, sujet du roi Duncan d’Ecosse, rencontre trois sorcières qui le désignent comme le duc de Glamis (ce qu’il est ) le duc de Cawdor, et le futur roi. Peu de temps après, Macbeth est informé que le roi, en récompense de son courage et de sa dévotion, le fait duc de Cawdor.
Macbeth fait part de la singulière entrevue à son épouse qui va le pousser à assassiner le roi pour prendre sa place, réalisant ainsi la troisième prédiction des trois sorcières.


Mon avis: 
Tu me connais au début de mes avis je raconte toujours une partie de ma life et cette chronique ci ne va pas déroger à la règle! 

En cette période d'automne il y a un challenge littéraire ultra connu qui fait son apparition: Le Pumkin Autumn Challenge! Je vais pas t'expliquer en détail le challenge initié par Guimause mais pour faire simple c'est un challenge avec des menus à valider grâce à des lectures. C'est un challenge peu contraignant comme le Coldwinter parce que tu organises un peu ton challenge comme tu le souhaite. 


Je ne fais plus de PAL pour mes challenges mais je suis toujours friande de voir celle des autres, du coup j'ai vu la vidéo et la PAL de Guimause et elle allait lire Macbeth. Et ça a fait tilt chez moi. "Bon sang Flore mais faut que tu le lise!". 



Alors clairement, il n'y a aucune obligation à lire Macbeth hein! Mais un de mes gros coups de coeur des classiques scolaires que j'ai lu a été Roméo et Juliette de Shakespeare. J'adore sa plume et suis un peu devenue fan décérébrée en fait: je suis allée au théâtre du Globe à Londres, ai un tote bag avec une citation d'Hamlet dessus (que je n'ai jamais lu hein! mais on va y remédier un de ces jours) et ai acheté les deux tomes de la Pléiade sur ses tragédies (enfin ma mère me les a acheté, rendons à César ce qui est à César). 



Du coup, en pleine indécision littéraire sur un autre livre (je t'expliquerai lors de la chronique de cet autre livre) je me suis dit en ce 2 octobre "Flore va chercher ton tome de la Pléiade et lit moi Macbeth" (oui je me parle souvent, vous non?) 



Verdict:... J'adore! Je retrouve la plume de Shakespeare avec ces tournures de phrases où clairement à chaque page je trouvait des citations que j'avais envie de graver sur ma tombe (ouai bon c'est pas la réflexion la plus jouasse qui soit mais c'est pour te dire à quel point je trouvais ça fou!) 


J'ai une affection particulière pour les prophéties/malédictions. On sait que ça va arriver mais comment?! On se délecte de voir le destin se mettre en marche vers l’inéluctable



Bon après clairement je peux pas te dire que j'ai tout compris, dans les moindres petites nuances, sur ce qu'a écrit Shakespeare, j'avais clairement l'impression d'être une spectatrice d'un spectacle grandiose où on finit la pièce à se dire "J'ai pas tout compris mais c'était trop bien!" 



Un petit mot rapide sur ma lecture d'une Pléiade parce que c'est pas tout les jours! J'ai adoré la qualité du papier bible, tellement fin mais résistant aussi. C'était agréable de tourner les pages. La version anglaise sur la page de gauche était très intéressante aussi j'y jetait un coup d’œil de temps en temps pour voir si notamment les parties rimées était assez fidèles. Heureusement que dans le premier tome il y a Hamlet, je pourrais le découvrir aussi par ce biais!